Historique

Comme il avait été souhaité dans la réunion du 14.12.2008, les membres fondateurs ont pris la grande décision de créer le parti  PS IMBERAKURI lors du premier congrès du 18.01.2009. Cependant, c’est seulement après le parcours du combattant comparable au chemin de la croix  que le gouvernement rwandais a finalement accepté la décision du congrès du parti du 07 juin 2009 de créer le parti, car, les congrès antérieurs avaient été invalidés par les autorités. L’arrêté ministériel n° 07/07/01 du 7/08/2009 a ainsi acté l’enregistrement des statuts du parti PS IMBERAKURI qui furent publiés dans le journal officiel n° 45 du 09 Novembre 2009. Dès qu’il a été enregistré, le parti PS IMBERAKURI a sensibilisé les rwandais à dépasser la peur dans la quelle elle est plongée, afin qu’elle puisse défendre ses droits à la justice, la vie économique du pays et au bien-être.

C’est pour cela que le FPR a utilisé tous les moyens pour déstabiliser les militants et responsables du parti PS IMBERAKURI afin que le PS IMBERAKURI reste aussi sur le nom comme le sont les autres partis: la diffamation, la répression ou la corruption des membres pour tenter de destituer les responsables intègres, les licenciements des fonctionnaires, les emprisonnements, les disparitions, etc, sont des armes utilisées par le FPR dans ce combat perdu d’avance.

La pression du parti social PS IMBERAKURI pour éveiller la population à revendiquer ses droits fondamentaux a poussé le FPR à cadenasser complètement l’espace politique à tel point que quatre ans après, le parti social PS IMBERAKURI restait le seul parti politique d’opposition officiellement reconnu.

Ayant vu que malgré toutes ces persécutions, les militants n’ont pas désarmé,  le 24/06/2010, premier jour d’enregistrement officiel des candidats aux présidentiels du  09/08/2010, le FPR passa à la vitesse supérieure et à l’aube, le candidat du parti PS  IMBERAKURI  Me Bernard NTAGANDA fût  arrêté de chez lui. Dans la journée, d’autres responsables  furent également arrêtés. Ils sont accusés d’organiser une manifestation non autorisée en vue de réclamer la Démocratie au Rwanda. Malgré tout cet acharnement du FPR, dès son enregistrement, le parti PS IMBERAKURI s’est   activé à :

  1. Mettre en place les structures de base du parti à tous les niveaux du pays.
  2. Sensibiliser la population à la justice, aux pratiques de respect   des droits de l’homme et la dénonciation des pratiques illicites du FPR. On peut citer notamment :
    1. La destruction des maisons des pauvres qui devient une pratique courante du FPR ;
    2. L’obligation de faire la monoculture au détriment de l’autosuffisance alimentaire et la destruction des cultures de rente telle la bananeraie ;
    3. La pratique du FPR consistant d’accuser tout opposant politique d’idéologie de génocide, de divisionnisme et d’atteinte à la sécurité du pays. C’est un véritable outil de répression pour tout ceux qui ne sont pas de son obédience ;
    4. Harcèlement et persécution du bas peuple notamment  les femmes petits commerçants en vue de leur priver de leur gagne-pain quotidien;
    5. L’augmentation arbitraire des prix alors que le pouvoir d’achat ne cesse de se détériorer ;
    6. L’emprisonnement des pauvres alors qu’ils le sont   devenus suite aux décisions politiques délibérées en vigueur;
    7. Les décisions injustes des tribunaux Gacaca instaurés plus pour réprimer les gens que pour aider la justice et la réconciliation: extorsion des biens par mensonges, fabrications de témoignages par les syndicats de délateurs à l’encontre des hutus ;
    8. Discrimination à l’éducation et à l’embauche. La suppression des bourses d’études aux seuls enfants hutus pauvres est flagrante.
    9. Emprisonnement des jeunes hutu sans scolarisation au centre de jeunes sur l’île IWAWA dans le lac Kivu pour en faire des KADOGO ou la chair à canon dans les guerres que le Rwanda livre contre ses voisins.
    10. La discrimination à l’encontre des militaires. Certains restent emprisonnés des mois durant sans qu’aucune instance judiciaire ne soit informée;
  3. Dénoncer la politique du FPR qui continue de tout faire pour casser toute opposition politique ou à s’opposer à tout enregistrement de nouveaux partis politiques.

Depuis sa création, le parti PS IMBERAKURI a été la cible du pouvoir étant donné que c'est le seul parti d'opposition agréé à pouvoir exercer les activités politiques au Rwanda. Cependant, cette reconnaissance fut également le leitmotiv pour la création de nouveaux autres partis au Rwanda. C’est ainsi que les Forces Démocratiques Unifiées (FDU) Inkingi ont décidé de rentrer au Rwanda pour venir se faire enregistrer et que le Green Party of Rwanda s’est manifesté. En 2013, le parti PDP Imanzi a également décidé de rentrer au Rwanda pour se faire inscrire.